Accueil > Notre cerveau > L’image du corps

L’image du corps

La proprioception

lundi 15 avril 2002

Certaines lésions de l’hémisphère droit, remarquablement décrites par Oliver Sacks dans ses livres (dont fut tiré le scénario du film "L’éveil"), peuvent entraîner la perte partielle ou totale d’une fonction essentielle, mais cachée, de l’être vivant qui porte le nom barbare de "proprioception".

Il s’agit en fait de la perte de l’image de son propre corps. Cette fonction permet de ressentir son corps comme une unité, et d’en avoir une conscience permanente, sans même avoir besoin d’y penser. Les conséquences de cette maladie sont désastreuses puisque les patients atteints de ce déficit ont la sensation de ne plus habiter leur corps, de ne plus savoir où sont leurs mains ou leurs pieds, par exemple, et de ne plus pouvoir s’en servir. Ils se décrivent eux-mêmes comme "désincarnés". Chez ces patients toutes les fonctions motrices sont pourtant saines mais cela ne suffit pas car pour faire fonctionner leur corps comme un tout une fonction mentale non-consciente leur fait défaut. La motricité n’est donc pas uniquement une affaire de transmission de données dans le système nerveux, encore faut-il que ces données soient cohérentes avec une image globale du corps, et il semble bien aujourd’hui que c’est l’hémisphère droit qui gère cette cohérence, même si nous n’en avons pas conscience.

Enfin si l’on veut citer tous les centres de la motricité du cerveau il est important de ne pas oublier l’aire oculo-céphalogyre. Un centre de la motricité uniquement dédié aux mouvements des yeux ! Il assure la coordination des mouvements volontaires de la tête et des yeux, tous les mouvements réflexes en réponse à des stimuli externes, et c’est lui qui assure les saccades oculaires extrêmement précises et rapides qui permettent la lecture.

Nous ne parlons ici que de mouvements qui ont une base volontaire et non de tous les mouvements nécessaires au maintien de la vie, comme la respiration, la circulation sanguine, la digestion et toutes les fonctions de maintien de l’équilibre biologique de l’individu.