Accueil > Notre cerveau > 400 millions d’années, l’âge de notre cerveau reptilien

400 millions d’années, l’âge de notre cerveau reptilien

C’est la partie la plus ancienne de notre cerveau.

mercredi 10 avril 2002

A cette époque de petits batraciens quittent l’océan, trop peuplé, pour aller se nourrir sur la terre. Depuis quelques millions d’années déjà, des végétaux se sont développés sur la terre et ont enrichi l’atmosphère de l’oxygène qu’ils produisent par la fonction chlorophyllienne.

Au début, nos petits batraciens ne font que de courtes incursions sur la terre ferme, avant de retourner très vite dans l’eau. La vie hors de l’eau leur demande des efforts considérables. Pour compenser l’attraction terrestre, le squelette se durcit, les nageoires, inadaptées au nouveau milieu, se transforment en pattes, les yeux sont arrosés de larmes pour compenser la sécheresse de l’air et une respiration pulmonaire se met en place. Les espèces qui ont réussi cette transition fabuleuse se sont dotées d’un cerveau plus complexe que le cerveau des poissons, un cerveau capable de gérer la motricité rapide d’un squelette dans la pesanteur terrestre. C’est ce que l’on appelle cerveau reptilien

Ce cerveau, encore très archaïque, assure la survie de l’individu et la perpétuation de l’espèce. La respiration, les battements du coeur, la pression artérielle, la nutrition et la reproduction sont pris en charge à ce niveau. Ce cerveau qui persiste chez chacun de nous garde sans doute des traces de ces temps reculés .... 400 millions d’années ! Une sorte de mémoire instinctive de l’espèce. A ce stade l’individu est encore totalement soumis à l’environnement