Accueil > Notre cerveau > 100 milliards de neurones

100 milliards de neurones

mode d’emploi.

lundi 15 avril 2002

Les neurones sont les cellules qui peuplent notre cerveau. Nous en avons entre 60 et 100 milliards. Chaque neurone se prolonge par des ramifications, les dendrites et l’axone, qui leur permettent de communiquer avec des milliers d’autres neurones en même temps. Les liaisons entre cellules se font sans contact, dans un espace spécifique appelé synapse.

Les connexions par synapses, ne sont pas fixes, elles se font et se défont sans arrêt. On estime à 1O puissance 14 ( 10 suivi de 14 zéro) le niveau moyen de liaisons synaptiques chez un adulte.
Aucun modèle mathématique ne permet aujourd’hui de rendre compte d’une telle complexité. On parle de champs de probabilité quantique.
La communication entre neurones se fait par voie électrique et chimique. Une cellule envoie un influx électrique d’ions positifs ou négatifs dans son axone. Au niveau du synapse cette impulsion va déclencher la sécrétion d’un neurotransmetteur chimique. Une dendrite de la cellule réceptrice va le recevoir et le transformer en courant d’ions jusqu’à la dendrite de la cellule suivante.
Il y a des centaines de neuro- transmetteurs et chacun est diffusé en plus ou moins grande quantité. D’où un nombre de combinaisons possibles faramineux. Nous sommes très loin du schéma binaire de l’informatique, O ou 1.
le cerveau humain est ce qu’il y a de plus
complexe dans l’univers tel que nous le percevons.
Toutefois il existe un niveau encore supérieur de complexité : c’est une société de cerveaux.
( Lucien Israël, Cerveau droit, cerveau gauche, Plon 1996)

Internet

La meilleure image concrète de la façon dont fonctionne le cerveau humain est sans doute, aujourd’hui, le réseau Internet. Des centaines de millions d’ordinateurs à travers le monde se connectent et se déconnectent en permanence. La réunion simultanée de plusieurs internautes sur un site peut générer un dialogue entre eux qui peut être assimilé à l’émergence d’un concept. Il n’y a pas de centre général Internet, tout comme il ne semble pas y avoir dans le cerveau de centre général de la pensée, il n’y a que des sites disponibles à tout instant mais pas nécessairement visités. Internet ressemble un peu à un cerveau planétaire. Il lui manque pour ressembler au cerveau humain l’apparition d’aires pré-frontales, à moins qu’elles n’existent déjà mais que nous l’ignorions .... affaire à suivre de très près.